mardi 18 octobre 2016

Haute société ,de Queneau

allez je me lâche, oui oui  ,je le présente ici,ce poème absolument irrespectueux de Queneau.Il me fait penser à chaque fois à un sale gosse qui s e fait réprimander parce qu'il a dit un gros mot et qui , en vous regardant droit dans les yeux, le répète encore et encore!sous cet abord "sale garnement", et un brin "caca boudin"comme disent les bouts de choux de 4 ans,il n'y aurait pas  une légère  critique sociale voire politique,ceux qui ont la maitrise des langages parlé et écrit et savent embobiner et tirer leur épingle du jeu, et les autres, qui ne sont pas dupes pour autant?





Ce sont des messieurs très bien
ils s’assoient sur des chaises en rotin
sur des chaises avec des ornements, des paillettes, de la
verroterie
ils s’assoient sur des chaises très bien
pour dire des choses très bien
Ils disent des choses pleines de pensées, d’idées
des conneries quoi, des conneries très bien
qu’ils prononcent très bien
en mettant l’orthographe à tous les mots
une orthographe très bien
et lorsque les messieurs très bien ont fini de dire
leurs conneries très bien
prononcées avec une orthographe très bien
on leur sert des consommations très bien
du pipi de chat, de l’urine de chèvre et du ouisqui
très bien.

samedi 15 octobre 2016

Choeur corse du Bocage à La Montagne le 15 octobre 2016

Ce samedi soir, dans l'église de La Montagne(44620),le choeur corse du bocage (normand),le CCB, nous a enchantés de chants polyphoniques corses mais aussi béarnais, basques et italiens,profanes et sacrés.
Merci Etienne,Arnaud,Joël et Gabriel pour cette grosse heure absolument hors du temps, enchantée,(et en chantant) et votre humour et votre simplicité....
On a senti votre grande connivence, et comme vous étiez heureux d'être ensemble tous les quatre,de créer et d e donner du bonheur!
Bravo pour votre maitrise et chapeau devant les tessitures étendues de vos voix!

(les videos ne sont pas géniales mais les voix,si!les vidéos n'ont pas été tournées à La Montagne)



hegoak,hymne basque

Bransle des pois

Un petit clin d'oeil rétrospectif sur mon atelier danses médiévales et de la Renaissance, testé hier après midi et approuvé haut la main.J'en avais entendu parler par deux dames que je rencontre habituellement au qi gong et çà m'avait titillée d'essayer....
Très bonne ambiance,des danses jolies et/ou drôles qu'on s'imagine dansées en robe longue et qui s e succèdent sans relâche(ou presque) durant le cours ...
C'est un jeudi par mois pendant 2H,moins le quart d'heure d e pose syndicale où on se sustente et s'abreuve^^(et bavarde....).
Pour en savoir plus sur les bransles:
http://www.renaissance-amboise.com/le-bransle-article-21-16-120.html?PHPSESSID=e63f4d5a4da485db98eb3789c7730068

nous avons aussi dansé une pavane...lente et majestueuse, belle mais un peu plus complexe pour une arrivante comme moi.
et là je vous ai trouvé un court bransle des pois, c'est rigolo à faire,une danse paysanne.
En couple(soyez imaginatifs, c'est le type d'ateliers que les hommes semblent fuir majoritairement!), mais les couples forment une ronde et se séparent ensuite.Pourquoi monsieur saute t il en lorgnant la voisine?devinez donc!
et pourquoi le voyant faire madame saute t elle comme lui en sa direction?
c'est une danse du dragueur et de la jalouse, si vous voyez de quoi je vous cause^^.

vendredi 14 octobre 2016

Julie Maquet pour la tableau du samedi chez Lydie

Vu lors de l'expo "Arts Papiers" à Nantes dernièrement, ce grand tableau, dessin à la pointe sèche,de Julie Maquet ,jeune artiste angevine.
Comme je n'ai pas pris le temps de lui demander l'autorisation d'utiliser une image de son site,et que, lors de l'expo, on pouvait photographier uniquement pour usage personnel, je vous mets le lien pour y aller:
https://juliemaquet.com/2016/04/02/julie-maquet-falaises-pointe-seche-noire-sur-papier-2016/

Julie Maquet j'aimerais bien savoir ce que vous éprouviez lors de ce travail délicat et sûrement très long...
Etiez vous dans une bulle de détente quasi totale, en état second, généré par la répétition d'un geste analogue et qui a priori semble simple...
Ou au contraire votre esprit était il occupé à "calculer" à quels endroits appuyer sur l'outil pour donner cette impression de reliefs ....et donc toujours en alerte?
J'adore le côté hypnotisant de toutes ces strates.... Personnellement c'est une des oeuvres qui m'a le plus touchée.

mardi 11 octobre 2016

la chair chaude des mots de Queneau pour la poésie du mardi chez Lydie et Victor

 Queneau je l'aime le matin, le midi , le soir....Foldingue, révolté ou moqueur, je l'aime car , quoi qu'il fasse, décalé ou pas, tout est rigueur chez lui , n'en déplaisent aux apparences....Ce poème est une ode aux mots, à leur poids et leur sensualité....










Prends ces mots dans tes mains et sens leurs pieds agiles

Et sens leur cœur qui bat comme celui d’un chien

Caresse donc leur poil pour qu’ils restent tranquilles

Mets-les sur tes genoux pour qu’ils ne disent rien





Une niche de sons devenus inutiles
Abrite des rongeurs l’ordre académicien
Rustiques on les dit mais les mots sont fragiles
Et leur mort bien souvent de trop s’essouffler vient





Alors on les dispose en de grands cimetières
Que les esprits fripons nomment des dictionnaires
Et les penseurs chagrins des alphadécédets






Mais à quoi bon pleurer sur des faits si primaires
Si simples éloquents connus élémentaires
Prends ces mots dans tes mains et vois comme ils sont faits
**********************************************************************************


je profite de ces défis du mardi, je vous préviens, pour vous "bassiner" avec Queneau...Je vous en ai réservé deux autres nettement plus frapadingues!A bon entendeur....

vendredi 7 octobre 2016

la mystérieuse disparition de la dormeuse de Naples, d'Ingres pour le tableau du samedi de Lydie

Je lis tranquillement un polar pépère d'Adrien  Goetz sur,   autour et même dans la tapisserie de Bayeux quand l'auteur nous parle,disgression, d'un tableau d'Ingres qui a mystérieusement disparu...
Je crois que son roman "la dormeuse de Naples" doit approfondir probablement  cette histoire,si je trouve le livre à la médiathèque je vérifierai...
Pour avoir visité le superbe petit musée Ingres à Montauban, j'ai les poils qui s e dressent sur les bras...quoi?que?qui?qu'est ce?une énigme?????
ni une ni deux j'endosse ma cape de super détective, appelez moi Fantômette désormais.... et j'enquête!Merci Google...
Vous connaissez la grande Odalisque, d'Ingres?

 (détails : http://mini-site.louvre.fr/ingres/1.4.2.1_fr.html)






et bien elle a une soeur, une soeur cachée ,et peinte de face,grandeur réelle, vrai pendant de l'odalisque de dos.Une soeur qui a disparu plus de 200 ans....

 Ingres (1780-1867)  peint "La Dormeuse" en 1808
L'année suivante ,Joachim Murat,roi de Naples, en fait l'acquisition et sa femme, ex Caroline Bonaparte commande 3 autres tableaux dont l'Odalisque.
Jusque là,RAS, mais....
En 1815, le souverain est renversé. Caroline Murat s'enfuit ...sans ses tableaux,on la comprend.
 Depuis cette date, on est sans nouvelles de "La Dormeuse". Ingres essaiera de la ressusciter mais en vain...
Il parait (chut....c'est radio-potins....un on-dit....)que c'est la belle Caroline qui aurait posé pour ce tableau.....



  Dessin de mémoire représentant la Dormeuse de Naples figurant au verso d'une lettre adressée à Caroline Murat en 1832 | Bibliothèque Nationale, département des manuscrits
Or....Une historienne d e l'art l'aurait retrouvé sous  une peinture baroque dans un musée de Naples....Enfin...c'est presque sûr....Il manque juste quelques analyses poussées....
Si c'était vrai...comment fut ce possible?quel fut le destin de ce tableau?
Histoire à suivre....L'enquête continue....



pour en savoir plus:
            

jeudi 6 octobre 2016

Quandu pensu a solenzara,pour le défi de Mémé Yoyo

Yolande, si tu veux bien, je dédicace cet article à Mère-Grand qui fête ses 1 an...(on dirait une phrase code de Radio Londres^^)
http://mere-grand.over-blog.com/2016/10/1-an.html


Aujourd'hui Mémé Yoyo souhaite que nous lui présentions une carte que nous avons reçue et qui nous rappelle des souvenirs....
J'ai reçu dernièrement une belle carte de Corse (en fait deux!),celle que je vous présente est de Bonifacio..
je la sors de mon tourniquet à cartes
 la voici:






Il y a 42 ans, avec mon 1°émolument succinct d'élève-institutrice,je suis partie avec une copine trois semaines camper à Solenzara,en bord de mer et sous les eucalyptus.'l'année d'après nous sommes parties 15 jours en Grèce, et curieusement je ne suis retournée ni en Corse ni en Grèce, depuis....
Mes souvenirs corses sont extrèmement limités.Je me rappelle juste très bien y avoir visité Porto- Vecchio et Bonifacio, et aussi quelques routes dans la montagne, à travers des bois de  châtaigniers et des cochons semi sauvages qui jaillissaient soudain sur la route et attendaient que çà se passe....
Curieusement je me rappelle très bien le Casanis à l'apéro(que je ne prends pas) et surtout les chansons de l'époque.
à chaque juke box , cet été là, il y avait quelqu'un qui mettait "la boudeuse" ou "à Solenzara" et 42 ans après je les ai encore en tête.C'était les chansons pour touristes...
(NB:déjà, à l'époque, cette chanson un rien macho était fort vintage^^)


(ne soyez pas surpris par les premières images de la vidéo qui suit,çà surprend mais il y a une sorte d e logique)





et c'est cette année là que j'ai découvert Antone Ciosi....un chanteur que j'aime beaucoup et dont voici l'interprétation d'une belle berceuse corse

mercredi 5 octobre 2016

U RSULINE pour la cour de récré de JB

Unique amour sans partage
Repue de Sa présence
Sous le béguin soeur et fiancée éternelle
Union sacrée avec le divin

Lien irréfutable et irréductible
Indéfectible foi
Nécessaire solitude voulue
Endormie la chair pour mieux éveiller l'âme

mardi 4 octobre 2016

Elsa Triolet par Aragon pour la poésie du mardi de Lydie et Victor


"Roses à crédit" est le premier et pour le moment le seul livre d'Elsa Triolet que j'ai lu, trouvé la semaine dernière dans une des boites à livres de ma commune.Elle fut la muse et la femme d'Aragon et partagea avec lui la passion littéraire et les engagements politiques.
Aragon a écrit d e nombreux poêmes sur elle dont celui qui suit:





Les mains d'Elsa

Donne-moi tes mains pour l'inquiétude
Donne-moi tes mains dont j'ai tant rêvé
Dont j'ai tant rêvé dans ma solitude
Donne-moi tes mains que je sois sauvé

Lorsque je les prends à mon pauvre piège
De paume et de peur de hâte et d'émoi
Lorsque je les prends comme une eau de neige
Qui fond de partout dans mes mains à moi

Sauras-tu jamais ce qui me traverse
Ce qui me bouleverse et qui m'envahit
Sauras-tu jamais ce qui me transperce
Ce que j'ai trahi quand j'ai tressailli

Ce que dit ainsi le profond langage
Ce parler muet de sens animaux
Sans bouche et sans yeux miroir sans image
Ce frémir d'aimer qui n'a pas de mots

Sauras-tu jamais ce que les doigts pensent
D'une proie entre eux un instant tenue
Sauras-tu jamais ce que leur silence
Un éclair aura connu d'inconnu

Donne-moi tes mains que mon coeur s'y forme
S'y taise le monde au moins un moment
Donne-moi tes mains que mon âme y dorme
Que mon âme y dorme éternellement.









N'aimeriez vous pas qu'on vous susurre les quatre derniers vers?de vrais bijoux et un engagement tellement fort et si pudique....Bref un  beau poème d'amour....

dimanche 2 octobre 2016

REEDITION AVEC NOUVEAUX LIENSLes émigrants, d'Eugène Laermans pour le tableau du samedi de Lydie

J'ai des copinautes fins limiers!elles ont dû faire leurs classes l'une avec Sherlock Holmes, l'autre avec Tintin!
Cerise violette
http://pointsdecerise.canalblog.com/ 
me dit où trouver le triptyque:


et Clio

m'a envoyé les trois volets de cette peinture et me met en commentaire ce qui suit:
"On dirait que l’ensemble doit se “lire” de droite à gauche :


- les paysans quittent le village, présence du curé  ....


- ils sont sur les routes


- ils arrivent au port que l’on voit dans le lointain ...Anvers ? bien possible."
mesdames merci!c'est un plaisir d e vous "connaitre" et votre regard m'est précieux....
Francine avec plaisir d'autres détails sur ces grandes vagues migratoires belges!
 

 Article initial:

Je voulais vous montrer le triptyque  Les Émigrants, de 1896, huile sur toile, , volet gauche: Vers le port; volet droit : Adieux et panneau central: Dernier regard.

Je l'ai vu reproduit à petite échelle en illustration d'une expo sur l'émigration belge des siècles derniers.
Or je ne réussis pas à le trouver sur le net où ne semble représenté que le panneau central.
C'est une oeuvre d'Eugène Laermans ,peintre belge,1864/1940,qui , surtout, peignit les ouvriers et les paysans ,leur vie misérable et les conflits sociaux qui en ont découlé.
Dans ce morceau d e triptyque, la foule des migrants belges  arbore des couleurs éteintes,des vêtements pauvres mais dignes et ne portent que de maigres baluchons ou rien, le paysage alentours au jour qui  se lève (ou peut être se couche?) semble éteint lui aussi.
Certains sont en sabots, d'autres nus pieds,certains ont des chiens, des enfants,des petits dans les bras...
Dans la foule, il y en a qui marchent droit vers un futur où ils mettent leur énergie et leurs espoirs, d'autres regardent longuement le paysage qu'ils quittent, comme pour s'en rassasier tant que possible, d'autres jettent un regard en arrière...
Si entre deux maux il faut choisir le moindre, le choix n'en est pas un....


Dans la semaine qui vient je trouverai bien un moment pour vous parler d e plus près des expos sur l'Europe et les émigrants que j'ai vues ces derniers jours....

écrire ici votre email