dimanche 27 décembre 2015

la peinture traditionnelle chinoise et moi....2/

Lors de mon deuxième cours mensuel de peinture traditionnelle chinoise il fut question de reproduire des fleurs....
selon des modèles de ce style là

mes recherches:pour dompter le pinceau....



mes essais....ratés....




les traits....la plupart du temps s'arrêtent par un point bien visible, à moins qu'ils ne suggèrent l'infini....rien qu'à faire ces traits stoppés, je galère....


les pétales que je vois oblongs sont triangulaires et que personne ne s'avise habilement de dessiner un triangle et de le remplir, non, le triangle se fait pointe du pinceau qui glisse,puis pinceau s'aplatissant en avançant, créant ainsi un pétale triangulaire où l'encre laissera ses nuances plus ou moins foncées....
La tige n'est pas un simple trait allant à la fleur....C'est un geste ample de tout le haut du corps remontant de l'extérieur du support vers la fleur comme ,dans la nature,la vraie tige sort de la terre....
et autres détails...
plein d'autres détails...
à apprendre, comprendre, maitriser, ne pas oublier....




des tutus....rlututuchapopointu.....censément des fleurs....une espèce inconnue.....




ah, là....comme un éclair de génie.....

non, je plaisante....


Notre adorable professeure décide de me prendre en main.Elle se pose à mes côtés, et me montre trait après trait comment organiser le dessin.
Elle fait, je regarde et je fais....
trait après trait....
c'est curieux, je me sens comme Joey dans "Friends" quand Phoebe lui donne des cours d'espagnol




En ce deuxième cours de 3H, je pense avoir réussi à hauteur de 2% maximum....
çà me donne encore de belles heures à progresser....
car s'exercer n'est pas réussir....
J'ai éprouvé du plaisir à dessiner debout, çà libère vraiment le geste....Pour le reste j'ai surtout éprouvé souffrances et frustrations....
Nous sommes prévenues que nous DEVONS présenter chacune (nous sommes 3 mais il y a aussi le groupe de calligraphie et le club peinture traditionnelle pour enfants) 2 "oeuvres" minimum pour l'expo qui a lieu fin janvier (2016, oui oui)
j'ai dit que bien sûr çà ne saurait me concerner....
et bien, si!se sont elles exclamé toutes trois non sans  une certaine véhémence....
parait il pour montrer que n'importe qui peut y arriver....
(sauf moi)
elle est bien bonne, celle là!
je ris jaune....
prochain cours le 8 janvier....j'ai des devoirs à faire à la maison....

vendredi 25 décembre 2015

ordi suite et fin

L'ordi a rendu son  dernier souffle.Lorsqu'il m'est arrivé la même chose il y a près de deux ans,Lady Marianne m'a aussitôt envoyé le sien,  mais cette fois, il n'en peut mais...Je veux par cet article  la remercier encore une fois de sa générosité gratuite,et dire que  je viendrai lire mes mails et vous suivre de ci de là en allant sur les ordis de la médiathèque quand j'irai chercher des livres...
Cet article  est fait sur le netbook de Fifille.
j'en avais prévu un que vous verrez lundi ou mardi...
J'attends les soldes pour m'équiper....
Voilà c'était tout....

jeudi 24 décembre 2015

Cadeaux de Noël

Voici deux petits cadeaux pour vous, gentils lecteurs:
d'abord l'écoute d'un superbe morceau 
http://www.lamusiqueclassique.com/2011/02/mikhail-glinka-cherubim-song/

et puis quand vous serez sur ce site, la possibilité de vous abonner à sa newsletter, afin d'entendre de la musique classique très diversifiée et d'en apprendre plus sur les morceaux sélectionnés....
Deux beaux cadeaux gratuits qui font du bien à l'âme.
Bisous!
Joyeux Noël!

lundi 21 décembre 2015

je fais la tête

et je la fais plusieurs fois...

la première pour une aminaute passée à la dizaine supérieure avec une boite à partir d'un canvas (toile sur châssis) contenant un petit carnet fait main









et une autre fois pour le Noël de ma petite-fille afin qu'elle y range ses cahiers(joints) , elle qui aime si bien écrire^^





(d'après un pas à pas de Françoise Melzani pour la création des portraits_emploi de dentelles de Calais_collages, papiers divers et autres récupes-encres, peinture iridescente) 


samedi 5 décembre 2015

Peintures aborigènes contemporaines à la Gob' à Orvault (44),pour le tableau du samedi de Lydie 1/2

PARDONPARDONPARDONPARDON!!!!
Je ne le referai plus de toute l'année!!!!!
Promis!
vous aviez cru que je partais?que je vous emportais avec moi sur un autre continent?
oui et non
virtuellement
seulement
pour le tableau du samedi

je vous présente des peintures aborigènes contemporaines,exposées dernièrement à la Gob à Orvault ,banlieue de Nantes nord-Loire...la Gob, je veux dire le domaine du château de la Gobinière, enfin de superbes salles où les tableaux exposés sont superbement mis en valeur, dans un cadre verdoyant,avec une lumière adéquate....
Je vous montre d'abord les tableaux , puis en 2° article, je vous fais un résumé des notes prises lors de la vidéo présentée , très intéressante....
J'ai juste un peu honte d'avouer que je ne suis pas sûre, pour certaines photos de vous les présenter dans le "bon" sens....si ce n'est pas le cas, je vous prie de m'excuser....

























vendredi 4 décembre 2015

peinture aborigène contemporaine, pour le tableau du samedi 2/2

je ne suis pas une super pro de la peinture aborigène, dans cet article je retranscris juste quelques notes prises pendant le visionnage d'une très intéressante vidéo sur la peinture  contemporaine aborigène pendant l'expo au château de la Gobinière à Orvault (44).
......................................................................................................
Dans les années 60,les Aborigènes étaient concentrés pour assimilation dans les territoires du Nord, en particulier Papunya alors qu'ils sont fondamentalement nomades .A partir de 1971,Geoffrey Bardon, qui était enseignant auprès d'eux provoqua de grands changements culturels et politiques en leur demandant de sauvegarder leurs savoirs ancestraux et pour les y aider, il les fit peindre sur des supports pérennes (et non plus sur le sol ou leur corps par exemple)
A partir de 1980, beaucoup d e communautés peignent et leurs peintures ont place à présent dans les musées australiens.Pour peindre, outre les bâtonnets ou petites baguettes, ils utilisent pour certains des pinceaux et aussi des brosses.

les dernières tribus aborigènes ont été retrouvées en 1984.Ils sont disséminés la plupart du temps en campements de 30 à 50 individus.
Les connaissances originelles ont tendance à se perdre.(assimilation=perte de repères=alcoolisme)
Pour connaitre les motifs sacrés, qui sont différents suivant les tribus, il faut être initié.Et ce ,pas avant la quarantaine...Et la moyenne de vie des Abos est de 50/55 ans
La peinture contemporaine des Aborigènes continue de s'imprégner des voyages des ancêtres et des peintures corporelles mais est en évolution constante.
Parfois par l'apport de mariages inter tribus qui permettent de s'enrichir des symboles d'autres groupes,ou de la civilisation blanche comme cet exemple ci dessous:



 Eoliennes


missionnaires chrétiens

Mise au tombeau


 dominante bleue ci dessous:E.T. et sa soucoupe volante.
L'artiste rattache la croyance de la résurrection chrétienne , apprise auprès des missionnaires, ainsi qu' E.T remontant au ciel dans sa soucoupe, aux croyances aborigènes suivant lesquelles les morts montent aux cieux....Beau syncrétisme de ces diverses racines qui modernisent l'expression mais ne se détachent pourtant pas complètement d e la tradition aborigène.

La peinture aborigène est l'expression la plus vieille toujours existante de par le monde.Elle reflète le lien des Abos entre eux, mais aussi avec les plantes et les animaux.Tout est connecté via leurs rêves.
Dans leur croyance, les esprits ou ancêtres fondent tout.Ils sont protéiformes, et donc partout.Les rêves sont l'origine de tout, une fois mort on se fond de nouveau dans les rêves.
Chaque humain est relié à un esprit ancestral et à tout ce que l'esprit a créé.'(animal, point d'eau, rocher, etc...quelqu'un dont l'esprit totémique est un animal ne mangera pas cet animal, l'honorera, ainsi que les lieux de vie de cet animal comme étant les siens).
Les lieux sont baignés par l'énergie des ancêtres.L'Aborigène est toujours en relation avec ce qui l'entoure.
La peinture a de multiples sens, revendications sociales et politiques,poésie, désignation d'espaces,et autres symboles.C'est une sauvegarde partielle de leur culture et aussi une aide financière non négligeable pour les familles.
Une toile ne peut être peinte que par un initié.Il faut maitriser les connaissances tribales avant de peindre.


Clio si tu veux bien me redonner le lien vers ton article, je le rajouterai là^^

mercredi 2 décembre 2015

boulets de Liège sauce lapin , façon Dominique

Dominique m'ayant rendu visite cet été  m'a fait le plaisir de partager avec moi une recette typiquement belge qu'elle a du reste elle même cuisinée.
Pour faire la recette il vaut mieux avoir du sirop de Liège et si comme moi vous habitez trop au sud pour que ce produit soit familier, sachez qu'à Nantes par exemple le seul endroit où il y en a (et probablement dans toute l'agglomération) fait partie de la chaîne TABL'O'GOURMAND que vous avez peut être par chez vous aussi....sinon, il y a le net avec des sites d'ingrédients pour cuisine belge....

clin d’œil en passant à Jill Bill chez qui j'ai gagné plein de lots dont du sirop de Liège!


les ingrédients pour 2
250 g chair à saucisse
1 oignon émincé
1 oeuf
chapelure
persil haché
1 grosse poignée de pruneaux
2 cs sirop Liège

La recette:
on met les pruneaux dans un bol d'eau
On forme des boulettes avec la chair+le persil+l’œuf et la chapelure
on les cuit dans une poêle sur toutes les faces

on enlève les boulettes
on fait blondir les oignons dans la poêle
puis on ajoute les boulettes, l'eau des pruneaux, les pruneaux

On cuit 30 mn à feu très doux sous couvert

On ajoute 2 cs de sirop de Liège, on enlève le couvercle, on fait réduire en surveillant de temps à autre

quand la sauce a bien réduit, elle est d'une couleur bien brune, elle nappe bien

on sert....
avec des frites une fois
ou deux 
ou trois
attention, risque d'accoutumance....

les photos:















les photos

samedi 28 novembre 2015

Madame Vigée-Lebrun et son chapeau de paille , pour le tableau du samedi de Lydie

Vous avez déjà probablement vu un tableau de Louise Elisabeth Vigée-Lebrun....
Cette portraitiste(1755/1842) est souvent comparée à Greuze, c'est dire son importance!Elle a été la portraitiste attitrée de Marie-Antoinette...
Elle, sa vie, son oeuvre résumées sur Wikipédia, là:


Je vous présente cet auto portrait certes archi connu,parce qu'en le recadrant sur le visage,on peut admirer la perfection de sa peau, de sa forme, et surtout, c'est mon opinion, sa bouche à la fois voluptueuse et enfantine,avec ses lèvres si joliment ourlées, la supérieure laissant voir légèrement les dents.


1782 Huile sur toile, 98 × 70 cm


On admirera comment elle rend les plis et les textures des vêtements, et comment elle sait mettre de la lumière sur le visage par l'intermédiaire des pendants d'oreille....Belle maitrise de son art,ce me semble....
Mais....
Simone de Beauvoir disait d'elle:"Au lieu de se donner généreusement à l'œuvre qu'elle entreprend, la femme la considère comme un simple ornement de sa vie ; le livre et le tableau ne sont qu'un intermédiaire inessentiel, lui permettant d'exhiber cette essentielle réalité : sa propre personne. Aussi est-ce sa personne qui est le principal - parfois l'unique- sujet qui l'intéresse : Mme Vigée-Lebrun ne se lasse pas de fixer sur ses toiles sa souriante maternité"
il est vrai que ses auto portraits, et ses portraits de mère et enfant sont nombreux.
Si elle vivait à notre époque, peut être enverrait elle des tweets avec ses selfies ou pourrait on la suivre toutes les semaines sur Voici-Voila-Gali-Gala,ou sur son compte Effbé
 "moi et ma fille", "moi devant mon ptidej", moi et ma nouvelle robe de chez Hache et Aime,moi et ma nouvelle coiffure","moi et ma copine la reine"....
A la longue j'avoue que le sujet récurrent me lasse un peu....beaucoup....malgré toute la technique dont elle fait preuve....
Mais ce tableau (et d'autres aussi )  est extrêmement gracieux!

Et puis....

si à notre époque, il est de bon aloi d'être absolument centré/e sur sa petite personne, la mettant en scène à longueur de photos diffusées sur la ....toile, quel rôle est laissé à la femme de la grande bourgeoisie et de la noblesse à la fin du 18° siècle?
être belle, être cultivée,être mère....

Elle disait:(lu sur le net)

"Je tâchais, autant qu’il m’était possible, de donner aux femmes que je peignais l’attitude et l’expression de leur physionomie ; celles qui n’avaient pas de physionomie, on en voit, je les peignais rêveuses et nonchalamment appuyées"

C'est dire l'extrême vacuité de la vie de certaines....
On lui tirera donc notre chapeau pour avoir si bien fait sa place dans un monde d'hommes....





Comme c'est presque Noël, samedi prochain, prenez votre passeport et embarquez avec moi pour un autre continent, j'ai réservé un charter (avec retour)....Ce sera , le 5, ma dernière participation pour 2015.....Je reprendrai en 2016.... 




jeudi 26 novembre 2015

les livres c'est comme la vie

Les livres c'est comme la vie, parfois tu pleures, parfois tu ris!
Un listing de livres aimés en cette fin d'année....


Entendu,un matin, chez Leymergie parler d'un auteur que je ne connaissais même pas d e nom....Sorj (Georges ) Chalandon a été rédacteur en chef à Libé et journaliste au canard enchainé, reporter spécialiste de l'Irlande , il a aussi été présent lors du procès de K.Barbie.
Me voilà donc à la médiathèque  à emprunter un, puis deux livres de Sorj Chalandon:"mon traitre" et "retour à Killybegs".
Ces deux livres racontent la même histoire , vue différemment.L'histoire des affrontements (bon sang, ne doit on pas dire "guerre civile"?????)en Irlande, le nord, le sud, les royalistes, les républicains, les catholiques , les protestants, et les armées, l'officielle et  la révolutionnaire....
Mais au delà et parallèlement, ou non, pas parallèlement plutôt insérée, l'histoire d'une amitié virile, profonde, sacrée....peut être...jusqu'à quel point?
un style, ah donnez m'en des nouvelles!!!!comment Sorj Chalandon réussit il à mettre tant d'émotions différentes dans des phrases si courtes?oui j'ai pleuré et pleuré et pleuré....mais c'était si beau et si profond.....
il FAUT essayer Chalandon si ce n'est déjà fait,les livres ne sont pas si épais que çà et çà se lit facilement, on est au coeur d e l'histoire et d e l'Histoire........
Enfin, bon, je lisais parallèlement Franz Bartelt , encore une chance ai je envie de dire....quand j'étais trop triste de lire Chalandon, je revenais me gaver de Bartelt et me bidonner toute seule....
Franz Bartelt est Ardennais (arrivé dans les  Ardennes à l'âge de 4 ans).Je ne saurais dire s'il existe un humour typiquement ardennais , celui de Bartelt est bien particulier.il est du genre "mine de rien"mais pourtant complètement déjanté, au final....Et j'adore!
Face à l'Irlande déchirée de Chalandon , j'avais donc "le testament américain" de Bartelt.
Ouh lala, çà dépote!c'est l'histoire, je vous la fais courte, d'un village qui voit son cimetière devenir la mégapole du bonheur suite au testament d'un richissime américain.
Attention:ce récit est rabelaisien, un rien cru, brueghelien  (çà se dit?)mais toujours bon enfant, pas graveleux malgré tout....
enfin, pas loin quand même....
si vous ne voulez pas qu'on se moque de la mort et qu'on parle de la chair, commencez par "Petits éloges de la vie de tous les jours" pour vous habituer au style et à la façon d e penser de cet auteur étonnant....qui parle d e petites choses mais au final parle de la Vie....les petits éloges, c'est soft.....
oh là , je peux vous dire que j'ai ri....
Les livres c'est comme la vie....


je vous cite ,vite fait, çà peut donner d es idées pour les cadeaux de Noël:
"la dure loi du karma" de MoYan, certes quelques 750 pages mais d'un drôle!!!!!enfin....en surface....car sous les réincarnations multiples du héros principal, on lit les "bienfaits" du maoïsme dans les campagnes et l'après maoïsme, et là je vous jure qu'on rigole moins....le style est très alerte,avec un humour de surface ,on sourit, on sourit, les pages passent vite, et le personnage récurrent décrit comme un "petit emmerdeur" est l'auteur lui même, qui se met en scène ici et là dans la peau de celui qui empêche le monde maoïste de tourner trop  rond dans un petit village paysan....

la femme qui lisait trop de Bahiyyih Nakhjavani raconte la vie et la mort de la poétesse persane Tahirih Qurratu'l -Ayn ,érudite ,libre dans  sa tête et son corps,refusant le port du voile,engagée et militante  dans la Perse de la fin du 19° siècle.
Comment l'instruction donnée entre autres aux femmes peut aider à lutter contre le terrorisme d'une religion dévoyée, voila ce que raconte ce livre, mais aussi violence d'une société à la fois policée et richissime et famine du peuple asservi par des politiques et des religieux sans scrupules....19° siècle , disais je?

enfin je veux vous citer deux livres qu'on m'a offerts récemment.D'abord celui ci,il a reçu le prix du 1° roman étranger et il mérite d'être primé en effet...."En ce lieu enchanté" de Rene Denfeld.
L'Express en dit :"quelle claque!quel livre à la fois sordide et lumineux, tragique et magnifique!"
je ne dirai guère plus, le couloir de la mort dans une prison peut-être fictive, des vies,des condamnations à mort, des gens qui gravitent autour des prisonniers, une enquêtrice, un prêtre déchu, un directeur, des familles, des drames, des meurtres....Et là dedans, dans cette boue terrifiante, l'amour graine, le style est pure poésie, la beauté transgresse l'horreur....la folie sublime le quotidien....à lire!!!!!!

et enfin"le liseur du 6H27" de Jean-Paul Didierlaurent
c'est l'histoire d'un type qui lit des pages éparses à voix haute dans le train de banlieue qui l'emporte travailler dans une déchetterie mécanisée où finissent les livres invendus.Il a quelques amis, un poisson rouge, un cul de jatte pour qui il recherche plusieurs centaines d'exemplaires du même livre,question de vie ou de mort, un gardien amateur de théâtre classique et qui parle en alexandrins.
Il finira dans une maison de retraite ,avant de laisser sa place et tombera amoureux d'une dame -pipi....
Si vous aimez les livres empathiques de Legardinier ,vous aimerez ce livre bien charmant ma foi, on n'y pleure pas à gros bouillons, on ne s e roule pas de rire à chaque page, on ne se fera pas de fracture du cerveau en le lisant, on aura un sourire léger et un rien béat d'une page à l'autre....
Un mignon petit livre bisounours,pas sûr que, contrairement aux autres cités ici, on s'en souvienne dans 10 ans,mais comme disait mon grand père devant son apéro du dimanche,"çà fait du bien par où ch'que çà p' "(çà fait du bien par où çà passe)

Bonnes lectures!Offrez du livre, offrez du rêve, offrez de la vie, offrez des vies!Faites grandir les émotions!

mardi 24 novembre 2015

PRUDENCE pour la cour de JB

Il mange avec prudence
il boit son café avec prudence 
il va s e promener avec prudence
quand il va jouer aux cartes il y va avec prudence
il fait ses courses avec prudence
il regarde la télé avec prudence
il dort avec prudence
mais où qu'elle est la Prupru
la dendence, la Prudence à son papou
à son papa?
et quiqui veut des papouilles, des guilis
des câlins, c'est la Prudence à son papou
à son papa
non, Prudence, noooooooon
pas de lêchouille!!!!!
çà chatouille!
couchée!
au pied!

lundi 23 novembre 2015

Marsupiaux et art aborigène pour Khanel(2/2)

En Novembre, des mammifères pour Khanel

Une amie revenant de 5 semaines en Australie m'a rapporté marque-page et dessous de verre illustrés de dessins aborigènes de  kangourous.
Je suis allée vérifier sur Wikipédia, même avec la nouvelle classification des animaux, il semble bien que les marsupiaux constituent toujours un sous-groupe des mammifères;les kangourous ne sont pas "finis" lors de la naissance, ils "maturent" dans la poche maternelle mais par contre ils têtent leur mère.








écrire ici votre email